Paolo

témoignages de patients
Paolo - Patient story

Paolo a souffert d’une grave infection urinaire avec une bactérie E. coli résistante à de nombreux antibiotiques. Deux mois et trois traitements à différents antibiotiques ont été nécessaires pour soigner l’infection de Paolo. Personne ne sait où il a attrapé cette infection.

Paolo est un ancien professeur de l'université de Rome, âgé de 55 ans. En août 2010, Paolo est parti seul pratiquer le motonautisme à Ponza, une petite île au large des côtes italiennes. Après son arrivée à Ponza, il a ressenti les symptômes d'une infection urinaire, mais n'y a pas vraiment prêté attention à ce moment-là car il a pensé que ses symptômes pouvaient être dus à une déshydratation liée à la chaleur estivale.

Après quelques temps, il a cependant éprouvé une fièvre accompagnée de frissons et les symptômes de son infection urinaire se sont intensifiés. Il a consulté son beau-frère, qui est médecin et qui passait ses vacances à Ponza. Son beau-frère lui a suggéré de prendre de la ciprofloxacine, un antibiotique de la famille des fluoroquinolones qui est l'un des antibiotiques les plus fréquemment utilisés dans le cas d'infections urinaires. La ciprofloxacine peut être administrée oralement, elle est donc facile à prendre et est généralement efficace pour traiter les infections urinaires. Son état ne s'est pas amélioré les trois jours suivants et sa fièvre n'est pas tombée. Malgré cela, il a continué de prendre de la ciprofloxacine pendant environ une semaine, dans l'espoir de se sentir suffisamment bien pour rentrer à Rome en bateau à moteur, se soumettre à un examen médical complet et effectuer des analyses médicales en laboratoire

Paolo était sur l'île de Ponza où il n'était pas possible de pratiquer des analyses médicales en laboratoire de ses urines pour mieux déterminer quels antibiotiques utiliser pour traiter le microbe. Il était conscient qu'il était important de connaître les résultats de la culture de ses urines afin que le médecin puisse prescrire l'antibiotique adéquat.

Il a craignait de rentrer seul à Rome en bateau à moteur au cas où sa maladie s’aggraverait, son beau-frère l'a donc accompagné. En arrivant sur le continent, il s’est immédiatement rendu dans un grand hôpital romain où une analyse d’urine a été réalisée et il a été soumis à un examen clinique, qui a confirmé une infection urinaire compliquée. On a également constaté une hypertrophie de la prostate, qui était probablement due à son infection.

La mise en culture des urines a montré qu'il était infecté par une bactérie appelée Escherichia coli (E. coli), produisant une bêta-lactamase à spectre étendu (BLSE) et résistante à de nombreux antibiotiques, y compris la ciprofloxacine. Les résultats de laboratoire ont montré que les seuls antibiotiques auxquels l'E. coli de Paolo était sensible étaient l'amoxicilline/acide clavulanique, le triméthoprime-sulfaméthoxazole, la fosfomycine et enfin, une classe d'antibiotiques de dernier recours, les carbapénèmes. Paolo ne pouvait pas prendre de triméthoprime-sulfaméthoxazole, qui est un agent antibactérien oral, parce qu'il y était allergique. Les carbapénèmes ne peuvent être administrés que par voie intraveineuse, ce qui signifie que le patient doit séjourner à l'hôpital. On lui a prescrit de l'amoxicilline/acide clavulanique, qu'il a pris oralement pendant quatre semaines. Son état s'est amélioré, mais quatre jours après l'arrêt de son traitement, la fièvre et ses symptômes d'infection urinaire sont réapparus.

Il a alors fait appel à de ses amis, un spécialiste des maladies infectieuses, qui lui a suggéré de prendre de la fosfomycine par voie orale en dose appropriée à son infection. Il l'a prise pendant 21 jours. Après cela, ses symptômes ont disparu et il est depuis lors en bonne santé.

Commentaire: analyse du cas

Alors qu'il était en vacances, Paolo a développé une infection urinaire compliquée avec un isolat d'E. coli produisant des bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE). Les BLSE sont des enzymes qui rendent les bactéries, le plus couramment E. coli et Klebsiella pneumoniae, résistantes à la plupart des antibiotiques de la famille des β-lactamines, y compris les pénicillines, les céphalosporines et l'aztréonam. Il s’est avéré que la bactérie E. coli de Paolo ne réagissait qu’à l'amoxicilline/acide clavulanique, au triméthoprime-sulfaméthoxazole, à la fosfomycine et aux carbapénèmes, une catégorie d'antibiotiques de dernier recours, qui constituent le traitement adéquat pour les bactéries produisant des BLSE.

Les points importants à noter dans ce cas sont que Paolo a développé une infection par une bactérie E. coli. hautement résistante acquise en dehors de l’hôpital. Notamment, cette E. coli était résistante aux fluoroquinolones, une catégorie d'antibiotiques qui peuvent également être administrés oralement pour traiter les infections urinaires, y compris les infections compliquées.

Les carbapénèmes, auxquels cet E. coli était sensible, sont les antibiotiques indiqués pour les patients souffrant d'infections par des bactéries produisant des BLSE. Outre les carbapénèmes, qui sont administrés par voie intraveineuse et nécessitent une hospitalisation, peu d'antibiotiques pouvaient être efficaces pour vaincre son infection, et peu d'entre eux pouvaient être pris oralement.

De plus, il était allergique à l'un d'entre eux, le triméthoprime-sulfaméthoxazole. L'antibiotique que Paolo a pris en dernière instance est l'amoxicilline/acide clavulanique, qu'il a pris oralement. Cet antibiotique peut paraître efficace en laboratoire, mais il n'est en fait pas efficace contre une bactérie E. coli produisant des BLSE lorsqu'il est administré chez l’homme. Ceci explique que l’état de Paolo se soit amélioré en apparence durant son traitement par l'amoxicilline/acide clavulanique, alors que l'infection n'était pas éradiquée. Elle est soudainement réapparue après le traitement thérapeutique.

Le fait que de telles bactéries hautement résistantes se répandent dans la collectivité et causent des infections chez des patients qui ne sont pas en contact avec l'hôpital est très préoccupant. Globalement, les bactéries produisant des BLSE s'avèrent être la cause des infections acquises dans les communautés, et très fréquemment d'infections urinaires. Il est important d’administrer l'antibiotique approprié, compte tenu du fait que ces bactéries hautement résistantes peuvent rendre les patients plus malades et causer une aggravation de leur état. Il est important pour les patients de se faire prescrire l'antibiotique approprié. Il est donc nécessaire de consulter un médecin et de faire réaliser une analyse microbiologique.